Création de papiers, artisanat d’art

Une porte s'ouvre sur l'imaginaire

La création est manifestation. Une émergence située à l’intersection de la matière et de l’esprit, comme une évidence. Elle brise les frontières entre conscient et inconscient, entre émotion et raison, entre contrainte et liberté.

Silence blanc. Une porte s’ouvre sur l’imaginaire. J’entre.

Les directions sont nombreuses sur le chemin d’une vie. À présent, j’ai choisi celle qui mène à la fabrication de la pâte à papier, de la feuille de papier, en y intégrant fibre végétale et animale, matière minérale et récupérée.

Lorsque j’ai commencé à participer et à animer des ateliers d’écriture et de collage, les mots et les images perdaient peu à peu leur quintessence. Ils m'apparaissaient écachés sur la feuille de papier industriel. Seul le cinéma me réconciliait avec eux, fluides sur le grand écran : image, mouvement, son. Il me fallait revenir aux origines, celles de la fabrication de la feuille de papier.

Aux origines

C’est ainsi que la pulpe « matière première » de la feuille « humide » a éclipsé la feuille « sèche ». En 2014, c’est auprès d’un Maître Papetier que j’apprends la fabrication de la feuille de papier de lin à la forme selon la méthode occidentale. Je découvre ce métier artisanal. Ensuite, dans mon atelier, j'ai commencé à expérimenter la fabrication de la pâte à papier, je n'avais pas de "recettes" de pâtes. J’affectionne particulièrement les fibres végétales, notamment celle du lin, une fibre aux qualités reconnues, qui autorise de multiples applications plastiques et les fibres de mitsumata.

Les fibres s’entremêlent et disparaissent dans l’eau. La feuille humide est un espace malléable. Attentive à ce lieu d’émergence, je me laisse guider, parfois par le heureux hasard. Empreintes, plis, incrustations, volumes. La feuille de papier devient un univers de silence, un réceptacle.

Sur cette surface lactescence, la couleur peut s’avérer intrusive, envahissante, inadaptée, complétive, subtile, puissante, narrative…  Aujourd'hui, je décline chaque couleur par pigments minéraux, végétaux, animaux.

D'artisan papetière à papetière plasticienne

Le travail de recherche et d'expérimentation me passionne même si les contraintes techniques y sont nombreuses. Aussi surprenant que cela soit, la feuille commence sa métamorphose avec ses premiers balbutiements évoluant vers une création, abstraite ou figurative, improvisée ou étudiée. C'est alors que de papetière je deviens plasticienne.

 

2021 - Reliance

À la suite d'une commande de papiers colorés par la Maison Hermès en 2020, je puisais dans mon bac la pâte à papier teintée et je l'aplatissais avec ma paume sur le tamis puis je laissais sécher l'échantillon. J'aimais ce geste. Cette approche simple, primitive de fabrication de bouts de papiers non calandrés, hors format, qui révèle une matière élémentaire. Apparier le geste de la main - outil qui puise la pâte à celui qui l’aplatit pour former un embryon de feuille.

C'est ainsi qu'est né le concept archaïque de "Reliance Sin titulo 1",  un agencement de papiers disparates reliés entre eux par des fils élastiques de lin. Les fils insufflent la motilité et soulignent l'aspect aérien des embryons du papier artisanal, telle une surface de flottaison.

Aujourd'hui, je décline ce concept avec des matières variées pour créer des panneaux mobiles, alliance de papiers, unisson dans la diversité, jeux de modules.

Le papier artisanal est avant tout matière vivante, fluide, malléable, télépathe. Naissance de plis, de volumes, jeux de transparence où pigments, argiles, textiles interfèrent. Un travail fait d'heureux hasards parfois et de perceptions fugaces d'une présence enveloppante venue d'ailleurs.

 

Mes débuts

ÊTRE DE LIN-TERRE

2016

Galaxie

2016

Yellow

2016

Noir et Blanc

2016

 

Lin et Volume

2015

Femmes des années 60

2015

Linen Dresses

2014