FABRICATION DU PAPIER

LES PÂTES À PAPIER

C'est à partir des fibres végétales que l'atelier du papetier fabrique ses papiers de lin et de chanvre. D'autres éléments, issus de la Nature, sont ajoutés à certaines pâtes végétales ou de bois pour créer des papiers originaux. Chaque feuille est unique. L'atelier devient un laboratoire où les éléments de la Nature sont les matières premières et fondatrices du papier.

LE MATÉRIEL DU PAPETIER

LA PILE HOLLANDAISE

La pile hollandaise est une machine à fabriquer la pâte à papier.

Inventée par les Hollandais à la fin du XVIIème siècle, elle est introduite en France vers 1770.

LA FORME

Fabriquer une forme est un métier très spécialisé exercé par les formaires.

Elle se compose de deux parties : un cadre de bois consolidé par les pontuseaux sur lequel est posé un tamis et d'une couverte.

LES PRESSES

La presse hydraulique élimine le maximum d'eau de la feuille par essorage

pour augmenter sa solidité nécessaire pour un transfert sans casse.

Cylindre hollandais - Fin XVIIème siècle.

La forme

C'est la matrice de la feuille de papier, différente selon les pays et leurs modes de fabrication.

Les presses

 Tonkin - Hanoï - Village du papier

 

LES PRINCIPALES ÉTAPES DE LA FABRICATION DU PAPIER

Technique occidentale de fabrication du papier

La préparation de la pâte à papier :  le choix des fibres, le déchiquetage des fibres.

  • étape 1 : Le choix des fibres (fibres végétales, fibres de bois, plantes du jardin ou des champs, tissus...)
  • étape 2 : La préparation des fibres : déchiquetage des tissus, de la pâte sèche, ...
  • étape 3 : La pile hollandaise fabrique la pâte à papier en déchiquetant les fibres de lin, coton, autres fibres végétales ou de bois. La surveillance du processus assure la qualité du papier.
  • étape 4 : La coloration de la pulpe : pigments ou teintures, peuvent être ajoutés à la pâte dans la pile hollandaise.

La fabrication des feuilles de papier

  • étape 5 : Ensuite cette pulpe est diluée avec de l'eau dans une cuve ou un bac. 
  • étape 6 : Le papetier plonge la forme dans le bac. Avec des mouvements appropriés, il extrait une partie des fibres qui se déposent sur le tamis en perdant leur eau.
  • étape 7 : Il enlève la couverte de la forme et couche la feuille sur un feutre de laine ou synthétique.
  • étape 8 : Ensuite la pile de feutres et de feuilles sont compressées avec la presse hydraulique pour ôter l'eau.
  • étape 9 : Les feuilles sont ensuite levées.

Le séchage 

  • étape 10 : Les feuilles sont mises à sécher, lentement et naturellement à l'air ou dans des séchoirs, selon l'optique désirée.
  • étape 11 : Selon la finalité du papier, les feuilles sèches peuvent être à nouveau presser ou travailler sans pressage.

 Le filigrane

  • le choix des lettres ou du graphisme à reproduire
  • le filigrane est créé avec un fil de cuivre, cousu sur le tamis de la forme ou sur un tamis mobile.