FABRICATION

DU PAPIER SUR - MESURE

Vous avez un projet ? Nous en parlons. Puis je fabrique des échantillons.

Pour votre communication, sur rendez-vous, découvrez les feuilles de papier incrusté, texturé, coloré, irisé ou pigmenté avec des teintures végétales ou à base d'argiles. Papier de lin, de chanvre, de coton et de mitsumata et d'autres fibres.

 

LES PÂTES À PAPIER

L'atelier devient un laboratoire où le choix de vos matières premières seront votre papier, unique et précieux.

Selon les projets, j'utilise de la pâte sèche ou de la pulpe que je fabrique moi-même. Pâtes sèches de lin, de chanvre, de coton, de mitsumata, de kozo, de sisal et d'autres fibres. À ces pulpes naturelles, sans charges ni additifs, j'ajoute des argiles, des fibres protéïques, des pigments végétaux ou minéraux, .... 

Fibres de chanvre ou récupération de tissus anciens, mais aussi investir le champ d'autres matières pour la fabrication des pulpes : sciure que je récupère, algues, fougères et autres végétaux.  Autant de plantes, d'arbustes et d'arbres avec lesquelles je fabrique mes pulpes. Ainsi naissent des feuilles de papier, avec chacune leur histoire, en série limitée, pour des projets originaux.

LE MATÉRIEL DU PAPETIER

Une des machines essentielles pour fabriquer les pulpes, est la pile hollandaise : elle déchiquette les fibres. Pour fabriquer les feuilles de papier, le papetier utilise des formes. Mais aujourd'hui, grâce à la technologie, il est possible de créer des gabarits et ainsi, sortir du format conventionnel de la feuille de papier, notamment pour la création. La presse hydraulique joue un rôle important pour presser les feuilles humides et ainsi évacuer une partie de l'eau contenue dans les fibres. Ensuite, le séchoir ou la sécherie ... vaste programme en Bretagne et pour un artisan papetier mais c'est aussi le casse-tête des papetiers industriels car le séchage du papier augmente considérablement le coût de production. L'eau et l'électricité ou le gaz vont de plus, devenir, des énergies de plus en plus onéreuses et.... se raréfier comme certaines fibres végétales telles le coton. Les entreprises textiles ne s'y trompent pas et certaines anticipent déjà, en cultivant du chanvre pour fabriquer le futur "blue jean" dont la production est actuellement très polluante.

En effet, les artisans papetiers utilisent les mêmes fibres végétales (lin, chanvre, coton) que les industries papetières et textiles. Il sera donc nécessaire d'évoluer vers des pratiques non polluantes, avec d'autres matières premières sans oublier d'être au plus proche des réalités économiques locales et régionales.

LA PILE HOLLANDAISE
La pile hollandaise est une machine à fabriquer la pâte à papier.
Inventée par les Hollandais à la fin du XVIIème siècle, elle est introduite en France vers 1770.
LA FORME
Fabriquer une forme est un métier très spécialisé exercé par les formaires.
Elle se compose de deux parties : un cadre de bois consolidé par les pontuseaux sur lequel est posé un tamis et d'une couverte.
LES PRESSES
La presse hydraulique élimine le maximum d'eau de la feuille par essorage
pour augmenter sa solidité nécessaire pour un transfert sans casse.

Cylindre hollandais - Fin XVIIème siècle.

La forme

C'est la matrice de la feuille de papier, différente selon les pays et leurs modes de fabrication.

Le pressage des feuilles

 Tonkin - Hanoï - Village du papier. Au début du 20ème siècle, les papetiers étaient localisés dans la province de Hưng Hóa, au village de Phú Định, et aux portes de Hanoi, au village de Bưởi Bưởi Làng Bưởi, qu’on appelait encore le village du papier.  Source : www.cartacaro.fr

 

LES PRINCIPALES ÉTAPES DE LA FABRICATION DU PAPIER À LA FORME

Technique occidentale de la fabrication du papier


1- La préparation de la pâte à papier :  le choix des fibres, le déchiquetage des fibres.

Étape 1 : Choix et préparation des fibres.

Étape 2 : Déchiquetage des fibres par la pile hollandaise.

Étape 3 : Coloration de la pulpe : pigments ou teintures, peuvent être ajoutés à la pâte dans la pile hollandaise.

Étape 4 : Mise en bacs de la pulpe.

2- La fabrication des feuilles de papier.

Étape 5 : Préparation de l'espace de travail avec mise en place du bac, dilution de la pulpe avec de l'eau si nécessaire, mise en place des feutres.

Étape 6 : La forme est plongée dans le bac. Avec des mouvements appropriés, extraction d’une partie des fibres qui se déposent sur le tamis en perdant leur eau.

Étape 7 : La couverte de la forme est enlevée et la feuille de papier est couchée sur un feutre.

Étape 8 : Ensuite la pile de feutres et de feuilles est compressée avec la presse hydraulique pour ôter l'eau.

Étape 9 : Les feuilles sont ensuite levées.

3 – Le séchage

Étape 10 : Les feuilles sont mises à sécher, naturellement à l'air ou dans un séchoir.

4 – Pas de séchage

Étape 10 : Pas de séchage car les feuilles sont utilisées humides pour des créations plastiques.