KOZO, BROUSSONETIA PAPYRIFERA, BROUSSINETIA KAZINOKI

Le kozo : papier fabriqué à partir du broussonetia papyrifera, du broussonetia kazinoki ou de l’hybride broussonetia papyrifera x broussonetia kazinoki. Le papier kozo aura un nom différent en fonction des pays, des régions et des techniques utilisées.

Les techniques uniques de fabrication de papier Sekishu-Banshi créent un papier unique produit au Japon. Sekishu-Banshi a longtemps été fabriqué dans la région d’Iwami de la préfecture de Shimane dans l’ouest du Japon. Le papier extraordinairement durable est fabriqué à la main à partir de l’arbre ” kozo ” (papier mûrier), et plus précisément des fibres longues et résistantes juste sous l’écorce qui sont considérées comme ayant trop d’impuretés pour d’autres formes de papier. Le kozo cultivé localement est récolté en hiver, les écorces extérieures sont enlevées, les fibres bouillies, battues à la main, mélangées avec du mucilage dans l’eau, puis filtré avec un écran en bambou en bois pour former des feuilles. Le papier résultant est séché sur des panneaux en bois ou en métal.

L’art aujourd’hui est le travail de fabricants de papier spécialisés dans une association artisanale, pour laquelle Sekishu-Banshi est le fondement de leur métier et l’une des parties les plus importantes de leur patrimoine culturel. Ils transmettent leurs techniques traditionnelles aux jeunes successeurs grâce à une formation pratique, en préservant un sentiment de continuité et d’identité. Pays (s): Japon © 2008 par Hamada City, Sekishu-Banshi Craftsmens.

 

Kozo : le plus utilisé, ses fibres sont les plus longues (10 mm en moyenne). Elles donnent un papier d’une grande résistance et très stable. Il peut être cultivé et représente 90 % des fibres utilisées.

Gampi : caractérisé par des fibres solides, brillantes (longueur des fibres entre 3 et 5 mm). Produit un papier résistant, translucide avec une surface lustrée. En raison de la difficulté de le cultiver, le Gampi est précieux. Il possède une particularité : sa sève est toxique et on lui donne la propriété d’être extrêmement résistant vis-à-vis des dommages causés par les insectes.

Mitsumata : fibres fines, absorbantes, légèrement brillantes (longueur entre 3 et 5 mm). Produit un papier très lisse, plus lustré que le Kozo mais moins que le Gampi. Généralement fin, les grammages s’échelonnent de 5 à 80 gr/m 2.