MITSUMATA

PAPIER WASHI MITSUMATA.

Mitsumata est le nom japonais vernaculaire d’ Edgeworthia chrysantha Lindl, nom japonais みつまた, ミツマタ . C’est un arbuste dont l’écorce est utilisée pour la fabrication du papier en Asie, dont le papier washi mitsumata.

Buisson à papier – Daphné à papier – Edgeworthia à papier : nom vernaculaire français

Edgeworthia chrysantha Lindl, Ordre: Malvales, Famille: Thymelaeaceae

Synonymes: Edgeworthia papyrifera Siebold & Zucc, Edgeworthia tomentosa (Thunb) Nakai, Magnolia tomentosa Thunb.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PROCÉDÉS DE FABRICATION DE LA PÂTE À PAPIER

La récolte a lieu tous les trois ans au début de l’hiver quand les feuilles sont tombées. Les branches sont étuvées pour faciliter l’écorçage.

Elles sont ensuite séchées avant d’être stockées. A ce stade l’écorce est appelée « écorce noire » ou “kurokawa“.

Les écorces sont mises à tremper puis grattées au couteau ; à ce stade l’écorce  est appelée « écorce non blanchie » ou “jikegawa“. Elle est laissée à tremper dans l’eau claire pendant plusieurs jours pour blanchir. Ce blanchiment se fait au soleil mais actuellement on emploie souvent le chlore. L’écorce est alors appelée « écorce blanchie » ou “shirokawa”La cuisson alcaline est effectuée au stade “jikegawa”. Elle dure 2 à 3 heures. L’agent alcalin est soit une lessive de cendres, soit de la chaux, soit de la soude caustique. Après la cuisson les écorces sont placées dans l’eau courante pendant plusieurs jours afin d’éliminer les résidus de la cuisson. Cela permet aussi d’achever le blanchiment. Le battage est effectué manuellement ou à l’aide d’une pile hollandaise japonaise ou naginata de petite taille.

Le tri des impuretés est réalisé manuellement.

La formation des feuilles est réalisée par la méthode du nagashizuki qui consiste à superposer des couches de fibres par prélèvements successifs jusqu’à obtention de l’épaisseur désirée.

NOMS DE PAPIER

En Asie et plus particulièrement en Chine, Corée et Japon, les papiers sont destinés à une grande variété d’usage : papiers pour la calligraphie et les arts ; papiers pour les cérémonies ; papiers comme moyen d’échange, papier monnaie ; papiers pour la confection des vêtements, de tentures murales et la literie ; papiers pour l’architecture ; la décoration intérieure ; papiers pour les objets d’artisanat de diverses natures ; destinés à des usages domestiques ou de loisirs.

Les noms attribués aux papiers se réfèrent à diverses notions : Le matériau utilisé, le lieu de production, la méthode de production, l’apparence, les dimensions, l’utilisation, le nom d’un artiste ou d’un atelier.

PAPIERS Suffixes kami, gami, shi = papier. Au Japon les papiers de kozo sont les plus nombreux.

Japon

     
Chagami 茶紙  
Fudekirezu    
Gasenshi 画仙紙  
Hakuaishi    
Jyun mitsumata    
Kairyo hanshi 改良半紙 Kariryo hanshi
Kinkara kawagami    
Kinshi ginshiyoshi 金糸銀糸用紙  
Koshu hanshi 甲州半紙  
Kyokushi 局紙  
Mingeishi 民芸紙  
Osu hanshi 大洲半紙  
Shin torinokogami 新鳥子紙  
Shunman    
Shuzenjigami 修善寺紙  
Suruga banshi 駿河半紙 Suruga hanshi
Take gasenshi    
Unryushi 雲龍紙  
Wara asa gasenshi    
Wara gasenshi    
Zubikishi 図引紙  

Source : http://khartasia-crcc.mnhn.fr/fr